Menu

Menu Yeux qui se lèvent effrayés pleins d’espoir pressentant un nouveau mets inouï Puis, se baissant à nouveau déjà rassasiés en fait saturés de concepts mais restant insatiables, se complaisant dans la graisse de la théorie. Marc Dupuy Télécharger le Poème. Partager :PlusPartager sur TumblrE-mailImprimerWordPress:J'aime chargement… Poèmes que vous pourriez aimer...
%d blogueurs aiment cette page :