Les Vieux

Les Vieux Ils sont là dans les replis de cette étoile recouverts d’un lambeau de nuit dans l’attente de Dieu. Leur bouche, une épine l’a close. Leur langue s’est égarée dans leurs yeux qui partent comme des fontaines où s’est noyé un cadavre, Ô les vieux ! qui en leurs yeux portent leur descendance calcinée pour unique possession… Marc Dupuy Télécharger le Poème. Partager :PlusPartager sur TumblrE-mailImprimerWordPress:J'aime chargement… Poèmes que vous pourriez aimer...
%d blogueurs aiment cette page :