Atlantide

Atlantide

Un Pays
Qui ne fut jamais
Mais l’idée pèse
De le quitter.

Des chemins lumineux ont surgi,

Qui mènent à l’horizon.
Aucune fatigue.

Il ne faut pas seulement
Voir les choses
Comme si elles avaient déjà été.

Au port
Mouillent les bateaux,
Qui à chaque départ
Font naître la mer.

Marc Dupuy
Télécharger le poème.

« Au port, mouillent les bateaux qui font naître la mer »

 

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ce qui te change | Poèmes de Marc DUPUY - [...] qui te change, Peut-être est-ce ceci : Le vent, l’herbe, la mer ou le sable, Ou le paradis. Gravé …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :