Poème de Paul Valéry

Poème de Paul Valéry

Ici, fort de son cœur, ferme comme la tour Le bienheureux captif de ces donjons épais tout enchaîné de bras rêve l’ardent Amour De vivre tout à soi sa double et douce paix. Partager :PlusPartager sur TumblrE-mailImprimerWordPress:J'aime chargement… Poèmes que vous pourriez aimer...
%d blogueurs aiment cette page :