Menu

Menu

Yeux
qui se lèvent
effrayés
pleins d’espoir
pressentant un nouveau
mets inouï

Puis, se baissant à nouveau
déjà rassasiés
en fait
saturés de concepts
mais restant insatiables,
se complaisant dans la graisse
de la théorie.

Marc Dupuy

Télécharger le Poème.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :