Atlantide

Atlantide

Un Pays
Qui ne fut jamais
Mais l’idée pèse
De le quitter.

Des chemins lumineux ont surgi,

Qui mènent à l’horizon.
Aucune fatigue.

Il ne faut pas seulement
Voir les choses
Comme si elles avaient déjà été.

Au port
Mouillent les bateaux,
Qui à chaque départ
Font naître la mer.

Marc Dupuy
Télécharger le poème.

« Au port, mouillent les bateaux qui font naître la mer »

 

Trackbacks/Pingbacks

  1. Ce qui te change | Poèmes de Marc DUPUY - [...] qui te change, Peut-être est-ce ceci : Le vent, l’herbe, la mer ou le sable, Ou le paradis. Gravé…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :